Une fête des mères pour toute la famille


Les premières traces de célébration en l’honneur des mères sont présentes dans la Grèce antique lors des cérémonies printanières en l’honneur de Rhéa (ou Cybèle), la mère des dieux et notamment celle de Zeus. Ce culte est célébré aux Ides de mars dans toute l’Asie Mineure. Des fêtes religieuses romaines célèbrent les matrones le 1er mars lors des Matronalia (« matronales »), et Cybèle lors des Hilaria. Toutes ces célébrations ont lieu au printemps, mois de la fertilité.

Il est possible que les premiers chrétiens aient vénéré la Vierge Marie en assimilant les cultes de ces déesses païennes mais il leur était plus difficile d’associer ces fêtes à des célébrations dédiées aux mères, en raison des questions théologiques concernant sa virginité.

Au xve siècle, les Anglais fêtent le Mothering Sunday, d’abord au début du carême puis le quatrième dimanche du carême.

En 1908, les États-Unis développent la fête des Mères moderne telle qu’on la fête de nos jours, en instaurant le Mother’s Day, en souvenir de la mère de l’institutrice Anna Jarvis. Le Royaume-Uni adopte à son tour cette fête en 1914, puis l’Allemagne l’officialise en 1923. D’autres pays suivent comme la Belgique, le Danemark, la Finlande, l’Italie, la Turquie et l’Australie.

En France, c’est à Artas

Le village d’Artas en Isère revendique être le « berceau de la fête des Mères ». En effet, le 10 juin 1906, à l’initiative de Prosper Roche, fondateur de l’Union fraternelle des pères de famille méritants d’Artas, une cérémonie en l’honneur de mères de familles nombreuses eut lieu.

Deux mères de neuf enfants reçurent, ce jour-là, un prix de « Haut mérite maternel ». Le diplôme original créé par Prosper Roche est conservé dans la bibliothèque de l’Institut de France avec les archives de l’association.

C’est toutefois à la fin de la Première Guerre mondiale que le principe du Mother’s Day prend corps en Europe. Il a été répandu par les jeunes membres d’organisations américaines de secours aux populations occupées (le CRB ou Commission des secours en Belgique et en France du Nord occupée d’Herbert Hoover) ou aux blessés du front (l’American Red Cross) et surtout par les soldats américains du corps expéditionnaire du général John Pershing arrivés en masse à partir d’avril 1917.

En mai 1918, Pershing ordonne de distribuer à tous les soldats sous son commandement (certains sont anglais, néerlandais, français ou belges) des cartes postales d’hommage à envoyer pour le Mother’s Day et il fait aussi réaliser un film d’actualités par Gaumont.





    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sur le même sujet

A Memphis, il était une foire Elvis

A Memphis, il était une foire Elvis

738 vues
1 juillet 2022 0

Memphis est la ville la plus importante du Tennessee. Là se trouve le véritable...

Cannes veut bâtir le futur Hollywood français

Cannes veut bâtir le futur Hollywood français

857 vues
24 juin 2022 0

Après la présentation lors du festival du film en mai par la ville de...

Degas vu par Toulouse-Lautrec

Degas vu par Toulouse-Lautrec

812 vues
17 juin 2022 0

L’année 2022 marque le centenaire de la donation Toulouse-Lautrec au musée d’Albi (81). Cette...